L’agent Frédéric Sobeaut

Frédéric Sobeaut est né en 3310 dans la capitale d’Old Terra. Dès sa plus tendre enfance, il montre toutes les caractéristiques d’un petit garçon intéressé par tout ce qui l’entoure, de l’univers tout entier à la moindre petite bête qui évolue dans le jardin de la maison familiale. Ce fait l’aura rapidement poussé vers une certaine passion pour la lecture, d’abord relativement simple, jusqu’à des récits encore plus poussés, historiques ou fictifs, développant ainsi de grandes idées qui n’avaient pour limite que son imagination ; en d’autres termes : aucune limite. La famille possède également de nombreux chats pour lesquels il aura une grande affection, son préféré étant un Birman du nom de Kiri qui le suivait un peu partout où il allait.

            Le temps passant, Frédéric a grandi et, arrivé sur les bancs du lycée, a été poussé par ses parents pour trouver un sport qui lui convenait. L’intellect est important, lui disaient-ils, mais la condition physique l’est tout autant et, s’il n’y voyait pas de réel intérêt, il avait fini par accepter leur demande jusqu’à en venir à se rendre compte que le sport l’aidait à canaliser son trop plein d’énergie. Car oui, depuis tout petit, Frédéric fait partie de ceux qui sont dits “hyperactifs”, ayant sans cesse besoin de bouger, trouver quelque chose à faire, l’ennui n’étant absolument pas une option envisageable sous peine de risquer de perdre la raison, du moins aux yeux du jeune homme. C’est ainsi que, petit à petit, il s’est découvert une réelle passion pour le sport, notamment l’Airball qui était de plus en plus répandu dans tout Old Terra. Frédéric n’oublie cependant pas ses passions premières et, afin d’aiguiser encore un peu plus son imagination débordante, va s'intéresser un peu plus aux jeux de société développant rapidement une préférence pour le jeu Shogun duquel il ne se séparera plus, allant jusqu’à l’emporter dans son sac pour faire une partie rapide avant un match avec ses coéquipiers. C’est dans cette même période qu’il se découvrira un réel attrait pour la peinture sur figurine avec une préférence notable pour les figurines Warhammer.

            Malgré les nombreuses compétitions auxquelles il assiste, Frédéric poursuit des études très poussées en ingénierie afin d’obtenir un poste en tant qu’ingénieur informaticien. De par ses lectures, ses connaissances n’auront de cesse d’évoluer et son esprit aguerri l’aidera grandement à mémoriser tout ce qu’il a à savoir et même plus encore. N’ayant jamais déménagé de la capitale, il y rencontrera celle qui deviendra son épouse et avec qui il fondera une famille après qu’ils aient tous deux profité des plaisirs de la vie en enchaînant plusieurs voyages et sorties en tous genres.

Aucune ombre au tableau, une routine des plus banales, jusqu’à ce qu’il ne rencontre un agent de l’Horlogerie. Rencontre qui va considérablement bouleverser sa vie. Grâce à ses compétences qui ne sont pas inconnues dans les plus grandes villes de la planète, l’horloger lui proposera un marché qu’il aura eu tout intérêt à accepter : une place à l’Horlogerie parmi tous les autres agents et, pour couronner le tout, une spécialisation en terraformation. Si cet optique l’intéresse dès les premiers mots, il y a tout de même une condition : Frédéric ne devra en aucun cas révéler son statut à sa famille et se devra de garder au mieux ce secret. Malgré ses réticences quant au fait de mentir constamment aux siens, il accepte, bien trop curieux et envieux d’en savoir d’avantage et surtout d’oeuvrer pour quelque chose de réellement important.

Après plusieurs mois de formation rapide, Frédéric se retrouvera à la tête de l’équipe de terraformage, son assiduité aidant grandement dans cette entreprise. Naturellement, il donne à son équipe le nom de Shoguna qu’il mènera d’une main de fer tout en restant un supérieur très à l’écoute des suggestions et besoin des agents qui l’entourent. Si l’homme prend très à coeur ses responsabilités et l’importance de l’Horlogerie, il ne sera pas de ceux qui sont de réels inquisiteurs et souhaitent rallier tout le monde à leur cause. Frédéric se montrera plutôt comme un missionnaire, prenant plus à coeur les bonnes pensées qu’ont les gens de l’Horlogerie que le recrutement intensif de nouveaux agents. Il laisse chacun libre de ses choix, autant pour l’entrée que pour la spécialisation, et se contente de donner son point de vue sans influencer qui que ce soit.

C’est lors d’une mission de terraformage qui se passera mal qu’il se rendra compte qu’il est imperméable aux compétences des autres. Lui et son équipe ont eu la visite surprise de plusieurs sbires de Lanistat et, malgré leur magie, Frédéric se sortira indemne de cette affaire, ne ressentant absolument rien. Se rendant toutefois compte de la dangerosité des facultés spéciales, l’homme fera partie de ceux qui sont opposés aux pouvoirs accordés aux facultés spéciales, les jugeant bien trop dangereuses.